quoi de neuf - Maraîcher Agroforestier en Production Agroécologique à Meaux

maurice de poincy
maraîcher en agroécologie
visuel maurice de poincy
Aller au contenu

tomates et aubergines

Maraîcher Agroforestier en Production Agroécologique à Meaux
Publié par dans tomates · 1 Avril 2018
Les tomates ( comme les aubergines )  ont été plantées le 14 février  pour être récoltées à partir de fin mai pour la variété la plus précoce .
Il y a 9 variétés  , de la petite  Coeur de Pigeon à la  grosse Coeur de Boeuf , et de la noire, de la grappe,  etc .
Mises en place à la mi février,
-cela nous nous permet d'avoir un vaste choix de variétés de saison et gouteuses  ,
contrairement à des plantations plus  avancées qui nous limiterait à quelques tomates spécifiquement adaptées aux conditions hivernales mais avec le défaut de ne pas être très gustative ...
-cela permet aussi de ne pas trop dépenser en gaz naturel pour chauffer au moment de l'année où les jours sont encore courts et les nuits  où on chauffe  sont longues ...
-cela permet enfin d'avoir des plantes qui sont saines cer elles poussent rapidement avec des journées qui rallongent  et une intensité lumineuse déjà conséquente , ET surtout sous nos abris qui ne seraient pas adaptés car trop bas et en double paroi .

Elles sont cultivées en bacs ou "jardinières" de  terreau  100%  écorce de pin de Landes  , donc  100%  naturel , renouvelable et recyclable .  L'alimentation hydrique et  minérale des plantes étant apporté en cours de journée  en fonction du stade de la plante et des conditions météos .

Parce que c'est au moins  une personne à temps complet  qui s'occupe des cultures de tomates, aubergines mais aussi courgette et concombre,  pour travailler sans se casser le dos toute la journée et toute la saison,  les cultures sont suspendues .
Ainsi on reste debout ou au pire assis , mais pas courbé .

Le chauffage , besoin essentiellement la nuit , est du type chauffage central basse température , localisé dans la végétation pour une meilleure efficience .
Dans la journée , même en plein  hiver , il y a peu de besoin   car le moindre rayon de soleil chauffe la serre  et on est  souvent en aération pour évacuer la chaleur .

Depuis 25 ans  on pratique la PBI , protection biologique intégrée .
On favorise l'installation des insectes indigènes ,  on  en renforce les popultations  , on introduit d'autres prédateurs .
On tente de gèrer le climat autant qu'on peut  pour ne pas mettre les plantes dans des conditions favorables aux attaques des maladies
On s'autorise des pertes en cultures, conséquentes quelquefois ...
On utilise en pulvérisation  des solutions à base de plantes  telles que les décoctions d'orties, de prêle, d'écorce de saule ,  des extraits de canelle , de girofle ... , on utilise aussi des phytos ( autorisé en AB )  , ce sont des bicarbonates , des extraits d'écorce d'orange .

Il ne nous est pas interdit d'utiliser des produits phytos , qu'ils soient autorisés en AB ou non  .

Par exemple   un insecticide  , le spinosad, est employé en tout début de saison et avant les lâchers  d'auxiliaires .
C'est un insecticide autorisé en Agriculture Biologique   pour lutter contre les thrips en fraiseraie .
On ne s'en sert qu'une fois ... Une fois introduit les insectes auxiliaires , il faut du temps pour qu'un équilibre s'installe entre ravageurs et auxilaires . Et si on pulvérise un phyto  dans la serre  , çà peut  virer à la catastrophe en ruinant tout les efforts ...

En pratique , on utilise les bicarbonates , les extraits végétaux  et çà marche .


 




Retourner au contenu